Pêche à la mouche & la magie du tricho

Les trichoptères qui constituent environ la moitié de l’alimentation des truites représentent des insectes aquatiques particulièrement intéressants pour les pêcheurs à la mouche.

En fin de journée, lorsque les sedges patinent sur l’eau, ils suscitent l’intérêt des truites et peuvent déclencher des gobages bruyants en rafales ponctuées par de grands “clacs” et “splashs”.

Le reste du temps, les trichoptères peuvent passer inaperçus dans les feuillages pour les moucheurs qui n’y prêtent pas attention. Certains pourraient même les considérer comme une espèce de papillon de nuit au vol maladroit, aux couleurs grises, brunes, rousses voire carrément noires.

Il n’en est rien: les phryganes, les traine-bûches ou porte-bois (comme on les appelle également à cause du fourreau protecteur dans lequel ils vivent à leur stade larvaire durant environ une année regroupés en véritables grappes sous les pierres) attirent l’attention de nos partenaires quel que soit leur stade d’évolution de leur cycle de vie. Ainsi, les sedges constituent une biomasse non négligeable de nos rivières.

Larve de trichoptère dans son fourreau.
Elle ressemble à ce stade à un gros asticot de couleur crème.
La vie de cet insecte aquatique s’articule autour de quatre stades: œuf, larve, pupe et nymphe.

A signaler que la durée de vie aérienne des trichos est plus longue que celle des éphémères: de 10 à 30 jours pour les sedges au lieu de quelques heures à quelques jours selon les espèces d’éphémères.

En Europe, on dénombre pas moins de 400 espèces différentes de trichoptères qui présentent quatre ailes assez velues repliées sur le corps, en forme de toit, et de longues antennes et pattes.

Les sedges ont tendance à éclore lorsque la météo est plutôt douce (du début de l’été jusqu’à la fermeture) et sans vent, en constituant parfois de véritables nuages de plusieurs milliers d’insectes qui explosent à la surface à un rythme effréné.

Le moucheur doit rechercher prioritairement les endroits où les porte-bois sont en grande densité au fond de la rivière et, le plus souvent, ces secteurs sont couvertes de végétation assez abondante.

Il convient de guider son artificielle sur les différentes veines d’eau en bordure des différents postes où on imagine que se positionnent nos partenaires.

Contrairement à ce que pensent certains pêcheurs, les sedges ne sont pas exclusivement des mouches à utiliser lors des “coups du soir”: vous pouvez pêcher avec ces artificielles tout au long de la journée.

Les trichoptères intéressent particulièrement les truites et les ombres au stade émergent lorsque l’insecte est englué dans la pellicule de l’eau. Il convient alors d’utiliser des imitations sous forme de subsedges que l’on fait évoluer quelques centimètres sous la surface, comme on le fait avec des mouches noyées.

Puis, lorsque les tricho font des zigzags à la surface, choisissez une imitation correspondant au stade adulte de l’insecte et, après l’avoir graissée, faites la siller à la surface de l’eau en pêchant en aval. A titre personnel, j’utilise beaucoup les articificielles réalisées avec des poils creux de cervidés qui permettent d’obtenir une remarquable flottaison (de véritables “bouchons” facilement localisables à la surface de l’eau) et qui sont beaucoup moins fragiles que les modèles réalisés avec du CDC ou des plumes. De belles sensations sont très souvent au rendez-vous liées à des attaques parfois très violentes !

Eric Le Rest.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *