Comment choisir la bonne mouche ?


Choisir la bonne mouche parmi des centaines que contiennent nos boites est souvent un casse-tête, surtout pour les débutants.

Voici un mode opératoire qui permet d’y voir un peu plus clair :

Bien souvent, au cours des éclosions, les poissons ne s’intéressent qu’à une seule espèce d’insecte et qu’à un stade précis de son évolution. Ainsi, il faut faire preuve de réflexion et de méthode si vous voulez éviter de voir tout le contenu de votre boite de mouches défiler sur l’eau.

Quelle taille d’insecte intéresse-t-elle les truites ?

L’observation est ici de la plus grande importance. Vous devez identifier le plus précisément la taille des insectes objet de l’attention des truites et sélectionner dans vos boites les imitations qui présentent les mêmes volumes apparents.

Une fois votre sélection opérée, il est généralement utile de procéder à une légère épilation des hackles de votre artificielle. En effet, elle est très souvent trop fournie. Vous pouvez également tailler légèrement le dessous de la collerette pour que votre mouche évolue le plus bas possible.

Une autre méthode consiste, en cas d’éclosion importante, d’attraper un des insectes en activité à la surface de l’eau et de trouver dans vos boites celui qui est le plus ressemblant.

A titre personnel, je me suis toujours refusé d’examiner le contenu stomacal d’un poisson capturé grâce une poire en caoutchouc qu’on peut facilement acheter dans les commerces spécialisés.

Étant adepte du No-Kill intégral et soucieux du taux de survie des poissons relâchés (lire SVP l’article suivant sur le No-Kill : https://tenkaraworld.com/comment-pratiquer-un-no-kill-efficace/), je n’imagine pas que le fait de pomper le contenu de l’estomac des poissons pour analyser ce qu’ils mangent soit totalement indolore et sans impact sur leur santé…

Quelle couleur d’éphémères intéresse nos partenaires ?

Il s’agit ici de déterminer la teinte générale de votre artificielle. N’oubliez jamais l’adage suivant: par temps lumineux, mouche claire; par temps sombre, mouche foncée.

D’une manière générale, les teintes brunes et grises sont très bien acceptées par les truites.

A quel niveau de flottaison les truites recherchent-elles les insectes ?

Un gobage se traduisant par un renflement à la surface de l’eau signifie que les truites recherchent les nymphes qui montent en surface. Il est alors préférable de pêcher en nymphe plus ou moins lestée en fonction de l’ampleur du déplacement d’eau identifié en surface. Vous pouvez également pêcher en noyée qui donne de très bons résultats en début d’éclosion.

Plus ce renflement laisse apparaître le dos du poisson ou sa queue et plus les insectes se situent au stade émergent. Dans ce cas, je vous conseille de passer en sèche avec des artificielles qui flottent très bas et qui évoluent dans la pellicule de l’eau.

Il est vrai qu’il est alors beaucoup plus difficile de suivre des yeux la dérive de son artificielle surtout lorsque vous n’avez pas la chance d’avoir une bonne vue ou lorsque la luminosité n’est pas très forte. Je vous conseille alors d’utiliser des artificielles avec un montage parachute surmonté d’un toupet en matière synthétique de couleur fluo invisible du dessous par les poissons.

Par contre, lorsqu’un gobage est bien circulaire avec en surface plusieurs bulles d’air, vous vous trouvez face à une prise d’un subimago dérivant avant de prendre son envol. Je vous conseille de choisir, à ce stade, une artificielle qui flotte haut. Idem face à un saut d’un poisson hors de l’eau.

A noter que les gobages très sonores correspondent également à la prise d’un sedge en surface. Il est alors très utile de vérifier leur présence sur l’eau et de monter une imitation de ce tricoptère au bout de votre bas de ligne.

En conclusion ….

Au delà des trois critères énoncés (taille, couleur, niveau de flottaison), soyons persuadés que nous pouvons avoir sélectionné dans nos boites l’imitation parfaite et qu’aucun poisson en activité ne s’y intéressera tout simplement parce que notre présentation n’a pas été assez soignée.

Donc, attention au dragage qui peut ruiner toutes nos chances alors que nous avions pourtant choisi la bonne mouche du moment.

Si vous souhaitez en savoir plus au sujet du dragage et comment l’éviter: https://tenkaraworld.com/dragage/

Sans compter que les poissons peuvent changer d’avis et se positionner sur un autre type d’insecte ou à un autre stade d’éclosion. Tout sera alors à recommencer.

Eric Le Rest

Pour en savoir plus sur la pratique du Tenkara en Bretagne, vous pouvez vous reporter à l’excellent blogue d’Eric HAMON, sympathique Guide de Pêche basé dans les Côtes d’Armor : https://erichamon.blogspot.com/search?q=Tenkara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *