Noyée avec une canne à deux mains

Le choix de la canne à deux mains

En premier lieu, cette utilisation de la canne à deux mains pour pêcher la truite en noyée est une variante de la peche au saumon.

A titre personnel, j’utilise une canne « JMC Migration Trout Switch » de 11’3 pour soie 4/5 en 4 brins. Les 4 brins facilitent le transport de la canne, dans le cadre des voyages.

Par ailleurs, cette Switch présente un excellent rapport qualité / prix. En effet, elle ne coûte « que » 219 €. Ce n’est pas un prix très élevé en comparaison des cannes proposées par les autres marques, voire de certaines cannes à une main.

En outre, la canne switch à deux mains, est très polyvalente :

  • elle permet de pêcher en noyée, en sèche ou en nymphe en fonction des niveaux auxquels les poissons se nourrissent et de passer rapidement d’une technique à l’autre. Par exemple, lorsqu’une éclosion se produit, la souplesse de cette canne en carbone offre la possibilité de passer de la pêche en noyée à la pêche en sèche.
  • la distance moyenne des lancers se situe entre 25 et 30 m soit environ 10 m de plus qu’avec une canne à une main.
  • cette canne est très équilibrée grâce au poids du moulinet et de la soie qui le garnit. J’utilise des moulinets manuels dont le poids, avec la soie et le backing, permet d’équilibrer parfaitement l’ensemble canne / moulinet. Bien entendu, ce moulinet en aluminium de type aéronautique présente un large arbor. Il s’agit du diamètre de l’axe central de la bobine qui doit être important pour limiter le vrillage de la soie. Par ailleurs, ce moulinet possède un réglage de frein très progressif et sensible. En dernier lieu, il convient de veiller à pouvoir procéder à un enroulement rapide de la soie.

Quels sont les avantages liés à l’utilisation d’une canne à deux mains ?

  • les lancers roulés sont grandement facilités et permettent de les effectuer à une plus grande distance . Ainsi, vous obtenez une augmentation très appréciable de la surface d’action et de la dérive de votre train de mouches noyées.
  • la longueur de la canne permet d’obtenir un meilleur angle de lancer. Cet angle s’inscrit idéalement à 90 degrés par rapport au courant.
  • vous obtenez moins de décrochages car la canne à deux mains est beaucoup plus longue et beaucoup plus souple. On rate donc beaucoup moins de poissons.
  • possibilité de réaliser des lancers Spey et Double Spey sans disposer du recul nécessaire derrière soi. On parle ici de D Loop qui correspond à une boucle arrière permettant de charger le ressort de la canne. Il est donc possible de continuer à lancer loin avec des arbres dans son dos, tout en réalisant un changement de direction à sa soie sans avoir à effectuer une série de faux lancers.
  • le posé des mouches est bien meilleur qu’avec une canne à une main. Elles tombent sur l’eau avec beaucoup plus de douceur grâce à la grande puissance des cannes.
  • vous évitez les faux lancers et de sécher les mouches noyées qui coulent donc au niveau recherché beaucoup plus rapidement

Quelle soie et quel bas de ligne utiliser ?

En fait, j’utilise, au choix, une soie flottante WF 4 classique ou, pour faciliter les lancers, une soie spécialisée «Trout Spey» de la marque RIO. Plus particulièrement la série «Intouch Trout Spey» qui possède des boucles à ses deux extrémités et une Running Line intégrée.

Vous pouvez l’acheter sur le site d’Ardent Pêche : https://www.ardentflyfishing.com/soie-rio-intouch-trout-spey-p-74511

Le système des boucles intégrées au bout de la soie permet de réaliser très facilement la jonction de type boucle dans boucle avec les différents « Versileaders » plus ou moins plongeants auxquels j’ai recours.

Ces pointes qui possèdent une âme en polymère et en tungstène permettent de pêcher à différentes profondeurs. Il existe 5 modèles: intermédiaire, plongeant lent, plongeant rapide, plongeant super rapide et plongeant extra rapide.

Grâce à ces « fuseaux » Versileader plus ou moins plongeants, les mouches coulent dès le début de dérive. Ils les rendent plus pêchantes, plus rapidement. En effet, ces mouches doivent être immergées et atteindre la bonne profondeur, là où le poisson est mordeur.

Ces « têtes ou fuseaux » Versileader sont complétés par un fil de nylon très court d’environ 1 m en 20 ou 22 /100. Le système de connexion se fait également boucle dans boucle. Puis simplement deux ou trois mouches montées en potences sur des brins de 50 cm en 18 /100, voire 16/100.

Certains spécialistes préfèrent pêcher avec uniquement deux mouches. Ils pensent que ce montage permet un meilleur ancrage et diminue les risques d’emmêler les nylons du bas de ligne. De mon côté, je reste un adapte d’un train composé de trois mouches (pointe, intermédiaire et sauteuse). Pour en savoir plus sur la pêche en noyée : https://tenkaraworld.com/pecher-en-mouche-noyee/

Les différents types de lancers :

Le lancer au dessus de la tête (Overdose head) n’est pas très pratiqué avec une canne à deux mains. En effet, il nécessite un dégagement arrière important et, à la longue, il devient fatiguant.

Différentes sortes de lancers Spey sont utilisés. Je vous conseille de regarder la vidéo ci-dessous Elle vous donnera une idée plus précise des différents styles pratiqués. Outre le fait d’être efficaces, ils sont parfois spectaculaires et esthétiques.

Que hermosura

Publiée par José Luis Jerez Villalba sur Mercredi 22 avril 2020

En conclusion, seule une pratique intensive des lancers Spey permet de progresser step by step au niveau technique. Il convient également de les tester, en fonction des situations, pour obtenir les meilleurs posés et les meilleures dérives.

Eric Le Rest.

Une très bonne philosophie de vie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *